Quels oculaires de télescope me conviennent ?

Quels oculaires de télescope me conviennent ?
Quels oculaires de télescope me conviennent ?

Lors de l’achat d’un télescope, vous vous êtes peut-être déjà demandé, en regardant l’un ou l’autre des modèles livrés, si les oculaires fournis étaient acceptables. Malheureusement, la réponse est souvent courte : 

Non !

Afin de vous présenter comme d’habitude un tableau complet sur ce thème important, nous commençons par une introduction plutôt théorique sur les oculaires et nous vous donnerons finalement quelques conseils et recommandations pratiques sur les oculaires au cours de cet article.

Quels oculaires utilisons-nous, entre autres ?

Nous sommes très satisfaits de l’oculaire Baader Planetarium Hyperion Aspheric 31 mm d’Amazon.de pour nos observations d’ensemble – par exemple pour les amas d’étoiles. Pour les observations planétaires, nous utilisons entre autres l’oculaire Baader Planetarium Hyperion 5 mm d’Amazon.de, avec lequel nous avons également fait de bonnes expériences. Les raisons principales : Les deux oculaires se distinguent par une bonne qualité optique.

Voici ce que vous devez absolument prendre en compte lors de l’achat d’un oculaire.

Si vous êtes encore un débutant dans l’observation des étoiles, deux ou trois oculaires vous suffiront amplement : Un avec une petite distance focale, un avec une distance focale moyenne et un avec une distance focale élevée, par exemple 5 mm, 15 mm et 31 mm. Vous utiliserez l’oculaire de 5 mm pour les observations planétaires, celui de 15 mm pour les observations « normales » et celui de 31 mm pour la recherche et comme oculaire d’observation. Si vous souhaitez commencer avec deux oculaires au lieu de trois, il est préférable de commencer avec une petite et une grande focale, c’est-à-dire, dans notre exemple, avec des oculaires de 5 mm et de 31 mm.

Si vous achetez plus tard un autre télescope, vous pourrez continuer à utiliser les oculaires si vous optez pour des oculaires de meilleure qualité. En revanche, si les oculaires sont de qualité inférieure et que vous avez envie d’améliorer ultérieurement l’ensemble de votre équipement, vous ne pouvez ou ne devez pas utiliser ces oculaires dans les télescopes de meilleure qualité.

Les oculaires fournis avec les télescopes bon marché ne sont pas recommandés dans presque tous les cas et devraient être jetés assez rapidement et remplacés par des oculaires de bonne qualité.

Vous devez garder à l’esprit l’aspect économique : Pour un télescope de 4000 euros (monture plus tube), il ne faut pas utiliser trois oculaires à 50 euros : La lumière doit finalement aussi passer par l’oculaire de qualité totalement sous-dimensionnée – Dans un tel cas, les coûts de ce télescope coûteux seraient donc très mal investis ou répartis. Inversement, vous ne devriez dépenser 400 euros en oculaires pour un télescope de 100 euros que si vous prévoyez d’acheter un meilleur télescope.

Supposons que vous ayez acheté un télescope pour 400 euros au total. Dans ce cas, nous vous recommandons d’acquérir d’abord de l’expérience avec les oculaires fournis et de découvrir au fil du temps ce que vous préférez observer (Lune, planètes, galaxies, etc.). Si vous êtes par exemple du type « Lune », il est préférable de vous procurer ultérieurement un seul très bon oculaire de 5 mm, comme le modèle que nous recommandons (voir paragraphe précédent).

Si vous avez acheté un télescope d’entrée de gamme bon marché ou si vous prévoyez d’en acheter un, faites absolument attention au type de raccordement de votre télescope (tirage oculaire) si vous souhaitez remplacer les oculaires qui l’accompagnent. Le raccordement standard est toujours de 1,25 pouce (31,8 mm), mais il existe aussi des oculaires de 2 pouces et des variantes très bon marché de 0,96 pouce (24,5 mm) que vous ne trouverez plus que dans les télescopes jouets et les modèles très bon marché. Vous ne pourriez donc pas utiliser d’oculaires de 1,25 pouce dans ces modèles !

Qu’est-ce qu’un oculaire et quelle est sa fonction ?

Oculaire-Plossl

Les oculaires sont les composants d’un système optique qui agissent sur l’œil de l’observateur (du latin oculus = œil) et se composent d’une ou de plusieurs lentilles. Les oculaires sont utilisés dans les télescopes, les jumelles ou les microscopes optiques. Une image intermédiaire réelle est alors représentée virtuellement pour l’œil.

 En clair, cela signifie que :

L’homme ne peut pas voir la lumière déjà focalisée dans le télescope comme une image nette, car cela se passe déjà dans l’œil humain à travers notre rétine : Notre œil concentre les rayons lumineux qui forment une image sur notre rétine. L’oculaire est donc nécessaire pour pouvoir observer avec netteté la lumière déjà focalisée.

Les oculaires permettent d’obtenir différents grossissements.

La règle est la suivante :

Plus la distance focale de l’oculaire est courte, plus il permet de réaliser des grossissements élevés ! 

Un télescope avec une distance focale de 1000mm et un oculaire de 40 mm donne par exemple un grossissement de 25 fois (1000 mm /40 mm). Lors de l’observation, vous choisissez un tel oculaire principalement pour une vue d’ensemble, par exemple pour les nébuleuses ou les amas d’étoiles.

Si vous souhaitez par exemple observer des planètes, il vous faut en revanche un oculaire à faible distance focale, par exemple de 5 mm. Dans ce cas, nous parlons donc d’un grossissement de 200 fois (1000 mm / 5 mm). 

En principe, il est judicieux d’utiliser plusieurs oculaires – de préférence à des intervalles allant de grossissements faibles à élevés. Vous serez ainsi équipé pour chaque objectif d’observation, mais aussi pour chaque objet !

Dans la vidéo qui suit, vous trouverez de nombreuses explications sur les principes de base des oculaires, ainsi que sur l’utilisation pratique des différents oculaires et la manière dont ils sont conçus et montés.

Quels types d’oculaires peut-on distinguer ?

Les oculaires monoculaires ont soit une lentille individuelle biconcave (oculaire de Galilée), soit une lentille convergente biconvexe (oculaire de Kepler). Ils sont utilisés aujourd’hui – si tant est qu’ils le soient – dans des appareils anciens, et dans le cas de l’oculaire de Galilée, également dans des jumelles d’opéra pour lesquelles un faible grossissement est suffisant. 

Les oculaires de Huygens, Mittenzwey et Ramsden sont des constructions simples à deux lentilles et font donc partie des oculaires multi-lentilles. Aujourd’hui, on ne trouve plus guère ces types d’oculaires – si tant est qu’on les trouve, c’est dans des « télescopes de grands magasins », qui se distinguent donc principalement par une optique de mauvaise qualité et un prix très avantageux.  Les principaux problèmes de ces types d’oculaires sont leur mauvaise netteté et le fait qu’ils présentent de grandes erreurs de couleur. De plus, le champ visuel est généralement faible, de l’ordre de 35 à 50 degrés.

Parmi les premiers oculaires « utilisables » – même s’ils sont simples – on compte aujourd’hui les oculaires Kellner, que vous pouvez encore trouver aujourd’hui dans des kits en carton et des télescopes bon marché. Les oculaires Kellner se composent d’une paire de lentilles collées (achromate), qui permet d’obtenir une correction des couleurs, et d’une lentille convergente biconvexe. Les oculaires Kellner ont longtemps été considérés comme la norme pour les observations astronomiques jusqu’aux années 1970. La raison : il n’y a pas vraiment d’erreurs grossières avec ces types d’oculaires – c’était justement considéré comme une moyenne simple. 

Le standard actuel pour les observations astronomiques est celui des oculaires orthoscopiques (Abbe). Ce type d’oculaire se compose d’une lentille plan-convexe, d’un groupe de trois lentilles collées et d’un diaphragme coloré. Le trio se compose d’une lentille biconcave et de deux lentilles biconvexes. Les véritables oculaires d’Abbe sont de couleur pure et fournissent une image nette avec un contraste élevé. Ils conviennent le plus souvent à l’observation des planètes.

L’oculaire Plössl est composé de deux lentilles achromatiques opposées (deux groupes de deux lentilles pour la correction des couleurs). On obtient même une correction complète des erreurs de couleur. Comme les performances de ces oculaires peuvent être comparées à celles de la variante orthoscopique, mais que les coûts sont généralement moins élevés, de très nombreux oculaires actuels sont des oculaires Plössl. Ils sont donc considérés aujourd’hui comme une bonne moyenne en ce qui concerne la qualité des oculaires.

Les oculaires Erfle font également partie des oculaires de bonne qualité, ils se composent de trois groupes de lentilles et sont conçus comme une extension d’une lentille de l’oculaire Plössl. Une lentille convergente a été placée entre deux doublets qui se font face. Il a également été considéré comme le premier oculaire grand angle. En tant que variante à cinq lentilles (« Fünf Linser »), il est souvent appelé « Ultima » ou « Superplössl ». Si six lentilles sont utilisées, on parle d' »oculaire panoptique« .

Vous trouverez souvent l’oculaire Nagler dans le segment de prix supérieur : le Nagler se compose d’une lentille plan-convexe et de trois groupes de deux lentilles collées. Les oculaires Nagler sont des oculaires grand angle avec des champs visuels apparents de 82 degrés. Ils atteignent une qualité d’image élevée grâce à une variante avec une huitième lentille. Ce type d’oculaire s’utilise principalement sur des télescopes très lumineux. Si vous souhaitez trouver et observer des amas d’étoiles, des nébuleuses gazeuses ou des galaxies, il vaut la peine d’opter pour un grand champ de vision de l’oculaire.

Qu’est-ce qui est important pour de bons oculaires ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, les oculaires fournis avec les télescopes bon marché sont généralement de mauvaise qualité.

Qu’est-ce qui caractérise donc un bon oculaire ?

Dans l’assortiment actuel, vous ne trouverez des lentilles non traitées que sur quelques télescopes jouets.

Les traitements simples de la couche bleue appartiennent en grande partie au passé et ne se trouvent plus que sur des télescopes très bon marché ou des appareils anciens.

Le traitement multicouche vert à haut débit représente plutôt le « standard » inférieur actuel.

En outre, les fabricants ont aujourd’hui tendance à adapter exactement les traitements aux types de verre utilisés et à les calculer avec précision. Les couleurs des traitements peuvent prendre différentes teintes, du violet à l’orange ou au rouge.

Les caractéristiques de qualité suivantes pour les bons oculaires doivent vous aider lors de l’achat, si le fabricant et le revendeur donnent des informations à ce sujet.

Suppression des reflets

L’évitement ou la suppression des reflets de la surface de l’œil et entre les lentilles est une caractéristique des traitements multicouches. Un critère de qualité est donc une qualité de traitement différente pour des oculaires par ailleurs identiques.  Si vous observez un objet lumineux tel qu’une planète, ces reflets entraîneraient des taches inesthétiques, gênantes et floues sur l’image.

Mais plus la qualité de l’oculaire est bonne – dans ce cas, la qualité du traitement – moins ces reflets apparaissent. Il existe des traitements qui présentent une transmission de 99% et une réflexion de 1% seulement, mais les lentilles avec une transmission de 99,9% ne réfléchissent plus qu’à 0,1% – les reflets de telles lentilles sont 10 fois plus sombres, ce qui est très perceptible pour l’œil !

Entièrement multicouche (FMC)

Les seules surfaces non traitées d’un oculaire devraient idéalement être les surfaces collées d’un groupe de lentilles. Veillez à ce que l’oculaire porte la mention « Fully Multi Coated » (FMC) – une indication que toutes les surfaces verre/air présentent un traitement multicouche. La résine spéciale du mastic garantit des reflets très peu prononcés.

Une bonne finition

Un critère de qualité que vous ne pouvez malheureusement pas déterminer vous-même en tant que passionné d’astronomie (il vous faudrait au moins un expert et un microscope). Si l’on voit déjà une surface mate sur une lentille, ce serait un signe clair de la mauvaise qualité de fabrication de l’oculaire. Le montage des lentilles, le vernis, le respect de l’épaisseur des lentilles sont d’autres critères de qualité qui relèvent de cette caractéristique. C’est d’ailleurs à l’aide d’un microscope sous éclairage indirect que vous pourriez encore le mieux déceler les gros défauts de polissage.

Prix moyen à élevé

Vous avez déjà rencontré ce critère de qualité à plusieurs reprises au cours de cet article. Bien qu’il s’agisse d’une mesure indirecte de la qualité de l’oculaire lui-même, le prix est dans l’ensemble une indication claire de la bonne (ou de la mauvaise) qualité de l’oculaire !

De nos jours, il faut malheureusement mettre la main à la poche pour obtenir un « bon oculaire ». Ainsi, les prix des oculaires individuels vont généralement d’environ 30 euros à plus de 300 euros.

Les oculaires du type oculaire orthoscopique ou oculaire Plössl avec des manchons d’insertion de 31,8 mm (construction de 1,25 pouce) jusqu’à une distance focale d’environ 35 mm sont standard et donc moins chers. Toutefois, si l’on souhaite utiliser des oculaires grand angle de 2 pouces avec des distances focales plus élevées, le prix augmente considérablement dans cette catégorie par rapport aux variantes de 1,25 pouce.

Pour ce composant astronomique également, plus vous êtes prêt à dépenser, plus la qualité que vous obtiendrez sera élevée ! Plus votre télescope est cher, plus il est conseillé d’opter pour un oculaire de qualité supérieure et coûteux.

L’oculaire zoom : Utile ou pas ?

Les oculaires à zoom sont malheureusement un compromis, car la « fonction zoom », qui permet d’obtenir différentes distances focales, est payée par le fait que ces oculaires n’atteignent jamais la même qualité que ceux à distance focale fixe.

Toutefois, la qualité s’est aussi nettement améliorée dans ce segment de marché ces derniers temps :

D’une part, les calculs se sont améliorés. D’autre part, il existe désormais toute une série de types de verre spéciaux utilisés dans les oculaires de zoom (par exemple SD, ED, Flourit).

Notre conseil concernant les oculaires de zoom :

Si vous avez acheté un télescope bon marché, il peut être judicieux d’acheter un oculaire zoom dans une fourchette de prix acceptable. Dans ce cas également, pensez à la rentabilité de l’achat. Un oculaire zoom doit avoir un rapport raisonnable avec le prix d’achat du télescope.

L’oculaire zoom TS-Optics 7-21mm est un oculaire zoom bon marché et utilisable pour les télescopes bon marché.

<strong><mark style="background-color:#ffffff" class="has-inline-color"><strong><strong style=""><font color="#7e76d2">TS Optics Oculaire zoom 7-21mm</font></strong></strong> </mark></strong>
TS Optics Oculaire zoom 7-21mm
Voir le prix

Mais si vous possédez un télescope de grande qualité et que vous souhaitez changer ou étendre les oculaires, nous vous déconseillons d’utiliser un oculaire zoom. Achetez plutôt des oculaires raisonnables et de qualité, comme les oculaires Baader recommandés (voir le premier paragraphe de l’article).

Lentilles de Barlow : à qui conviennent-elles ?

Les lentilles de Barlow doublent ou triplent le grossissement, elles allongent donc la distance focale du télescope.

Si l’on veut obtenir deux grossissements différents avec un seul oculaire, on utilise une lentille de Barlow. Ainsi, une lentille de Barlow double permet de doubler le grossissement.

Mais la prudence est de mise :

Le même principe de qualité s’applique aux lentilles de Barlow qu’aux oculaires : Si l’on place une lentille de Barlow trop bon marché devant un oculaire cher, on ruine ainsi la vision à travers l’oculaire d’excellente qualité ! Si vous utilisez un oculaire de haute qualité, vous devez impérativement veiller à ce que la lentille de Barlow soit d’excellente qualité.

À l’inverse, quiconque achète des oculaires bon marché devrait également s’offrir un objectif Barlow correspondant, comme cet Lentille Bresser Barlow

<strong><mark style="background-color:#ffffff" class="has-inline-color has-main-color"><strong><strong style=""><font color="#7e76d2">Lentille de Barlow Bresser 2x 31,7mm</font></strong></strong> </mark></strong>
Lentille de Barlow Bresser 2x 31,7mm
Voir le prix

Notre conseil : 

Si vous êtes limité par votre budget oculaire, achetez si possible un oculaire (de haute qualité) de même qualité en plus, avant de recourir à une lentille de Barlow ! Vous aurez ainsi évité ce « chaînon intermédiaire » qui n’est généralement pas très bon sur le plan optique.

Une exception : si vous faites de l’astrophotographie, l’utilisation d’une telle lentille de Barlow est judicieuse. C’est le cas lorsque vous souhaitez obtenir une distance focale plus grande que celle que votre télescope peut fournir.

Conclusion de nos conseils sur les oculaires

Vous avez appris beaucoup de choses sur les oculaires au cours de cet article.

Le conseil le plus important est de mettre le prix du télescope en relation avec les oculaires et de ne pas acheter des oculaires surdimensionnés ou sous-dimensionnés. Seule exception : vous souhaitez acheter prochainement un télescope haut de gamme. Dans ce cas, vous pouvez utiliser les oculaires de qualité supérieure sur un télescope bon marché pendant un certain temps. Mais vous ne devriez jamais utiliser des oculaires de qualité inférieure pour un télescope coûteux !

Les lentilles de Barlow, qui permettent de doubler ou de tripler la distance focale de la lunette, sont surtout utiles pour les astrophotographes. Ces lentilles ne valent la peine que si vous utilisez un télescope de très haute qualité. Mais dans ce cas, une lentille de Barlow de haute qualité serait également nécessaire. Pour les télescopes bon marché, nous vous recommandons expressément de vous procurer plutôt un oculaire supplémentaire utilisable.

Nous vous recommandons en principe de débuter votre carrière d’astronome amateur avec deux ou trois bons oculaires plutôt qu’avec de nombreuses variantes de moindre qualité.

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir dans vos observations ! 🙂

Meilleur Télescope
Logo